Partager cette page :

Un prélèvement d’eau consiste à pomper de l’eau du milieu naturel pour divers usages : alimentation en eau potable, irrigation, procédés industriels... Cette eau peut être pompée en surface (rivières, mer...) ou en profondeur (nappes phréatiques). Les prélèvements en eau sont suivis et contrôlés, notamment dans le cadre de la redevance pour prélèvement perçue par l’Agence de l’eau Artois-Picardie.

Les différents prélèvements

JPEG - 19.5 ko
Captage de Boufflers (80)

De nombreuses activités nécessitent de prélever de l’eau dans le milieu naturel :

  • les usages domestiques : alimentation en eau potable
  • les usages agricoles : irrigation
  • les usages industriels, notamment les usages ne nécessitant pas d’eau potable
  • les usages énergétiques : refroidissement des centrales thermiques
  • les loisirs : golf, terrain de sport

Les prélèvements en eau exercent une pression sur la ressource en eau : ils peuvent diminuer le débit des cours d’eau et le niveau des nappes au détriment des autres usages de l’eau sur la même ressource ainsi que des usages de l’eau situés en aval, et perturber la vie aquatique. Dans le bassin Artois-Picardie, une relation directe existe entre les nappes d’eau souterraines et les cours d’eau. Lorsque la nappe est fortement exploitée, l’étiage des cours d’eau peut devenir critique et avoir un impact fort sur les écosystèmes.

Les prélèvements en eau ont deux sources :

  • l’eau de surface (cours d’eau, canaux, rivières)
  • l’eau souterraine (nappe phréatique)

Le pompage d’eau est soumis à un certain nombre de démarches et autorisations :

  1. la création d’un forage ou d’un site de pompage en rivière est soumis à déclaration
  2. le prélèvement d’eau en lui-même est également soumis à déclaration ou autorisation en fonction des volumes de prélèvements souhaités. Il peut être inclus dans la demande de création d’un forage ou bien à part
  3. toutes les installations de pompage doivent être pourvues de moyens de mesure ou d’évaluation appropriés
  4. les volumes prélevés doivent être déclarés tous les ans à l’Agence de l’eau Artois-Picardie dans le cadre de la redevance pour prélèvement sur la ressource en eau.
Qui prélève quoi dans le bassin Artois-Picardie

539 millions de mètres cube d’eau ont été prélevés dans le milieu naturel en 2011 dans le bassin Artois-Picardie, à 77% dans l’eau souterraine et 23% dans les rivières. La majorité des prélèvements a servi à la production d’eau potable.

JPEG - 16.5 ko
Captage et château d’eau de Courrières (62)

Les volumes d’eau prélevés dans le milieu naturel sont déclarés à l’Agence de l’eau Artois-Picardie dans le cadre de la redevance pour prélèvement sur la ressource en eau. Le volume d’eau est mesuré par mesure directe (compteur d’eau), indirecte (compteur horaire) ou, à défaut, estimé forfaitairement. Dans le bassin Artois-Picardie, 99% des volumes sont mesurés.

Il existe environ 3 000 ouvrages de prélèvements (pompages et forages) déclarés actifs en 2011 dans le bassin Artois-Picardie.

Répartition des ouvrages de prélèvements déclarés actifs en 2011 par usage :
Eau potableAgricultureIndustriesAutres usages
33% 48% 17% 2%

La majorité des prélèvements en eau sont effectués dans les nappes d’eau souterraine. Les prélèvements sont globalement en baisse dans le bassin Artois-Picardie.

Estimation des volumes prélevés dans le bassin Artois-Picardie (en millions de mètre cube par an) :
AnnéeEau de surfaceEau souterraineTotal
2011 124 414 539
2008 143 407 550
2004 191 463 654
2000 213 463 676
1996 215 474 689
1992 235 474 709

Les prélèvements en eau souterraine sont en majorité effectués pour la production d’eau potable, alors que la majorité de prélèvements en rivière servent aux industries.

Répartition des prélèvements par usage en 2011 :
Source prélevéeEau potableAgricultureIndustriesAutres
Eau de surface 18% 1% 80% 1%
Eau souterraine 71% 10% 17% 2%
Total 59% 8% 31% 2%

Les données sur les volumes prélevés sont disponibles à partir de 1982 pour les eaux souterraines et à partir de 1992 pour les eaux de surface jusqu’à l’année N-2, N étant l’année en cours. Les volumes peuvent être réajustés pour les années N-3 et N-2.