Votre opinion nous intéresse, merci de prendre quelques minutes pour répondre à notre sondage.

Quelle information cherchez-vous?
L'avez-vous trouvée?
Etait-elle claire?
Que manque-t-il? ...

Les réponses à ces questions nous permettrons d'améliorer ce site. Alors prenez quelques minutes pour répondre à notre questionnaire en cliquant sur l'image à gauche, maintenant ou à l'issue de votre visite.

Merci pour votre contribution.

Partager cette page :

Les activités récréatives sont une source de revenus très importante pour le bassin Artois-Picardie, plus de 450 millions d’euros sont ainsi générés chaque année rien que pour l’hôtellerie.

JPEG - 1.2 Mo
Etang des moines de Fourmies

Les activités récréatives regroupent des domaines aussi divers que la pêche et chasse récréative, les sports d’eau, le tourisme balnéaire, le tourisme fluvial ou encore la randonnées pour ne citer que quelques exemple. Ces activités, qu’elles soient ou non soumises à l’acquisition d’une licence préalable pour être exercées ont un impact économique sur le bassin Artois-Picardie.


Le tourisme balnéaire

Les activités touristiques sur le littoral de la Manche-Mer du Nord regroupent 30% des effectifs salariés de l’ensemble des régions littorales, et 12% des effectifs salariés du secteur au niveau national. Par ailleurs, sur le littoral de la Manche-Mer du Nord, l’emploi est majoritairement concentré sur la région Nord-Pas-de-Calais. Dans l’ensemble, les régions du Nord-Pas-de-Calais et de la Picardie représentent 4% du nombre de salariés et du nombre d’établissements de l’hôtellerie en France, et 7% des établissements et du nombre de salariés de la restauration au niveau national.

En 2011, la grande majorité des nuitées sont comptabilisées au niveau de l’hôtellerie de tourisme ; c’est ainsi que le nombre total de nuitées sur le bassin Artois-Picardie s’élève à un peu plus de 6,5 millions sur l’année 2011, soit environ 3% des nuitées sur l’ensemble de la France. Les chambres d’hôtel et emplacements de camping sur le bassin Artois-Picardie représentent chacun entre 5 et 6% des chambres et emplacements sur le territoire français. Ces deux moyens de logements touristiques sont ainsi utilisés en même proportion sur le bassin.

De manière générale, la fréquentation des touristes étrangers provient à 85% des pays du nord, en particulier du Royaume Uni (48%), de la Belgique (21%) et des Pays-Bas (7%). Les touristes étrangers sont particulièrement présents en Picardie, notamment dans l’hôtellerie de plein air où ils occupent 57% des nuitées de camping, soit le taux le plus élevé de France.

Le tourisme fluvial

JPEG - 986.3 ko
Port de plaisance de dunkerque

Le tourisme fluvial comprend à la fois la location de bateaux de plaisance ou bien la plaisance fluviale privée, à bord de bateaux habitables ou de bateaux de promenade de jour.
En 2011, le réseau régional du Nord-Pas-de-Calais comprend 670 km de canaux et rivières, représentant ainsi 10% du réseau navigable Français d’après VNF.

L’activité de tourisme fluvial se concentre majoritairement sur la plaisance privée : elle représente environ 90% du tourisme fluvial de la région . Ce trafic est quasiment constant depuis les années 2000, avec une évolution de moins de 3% en 11 ans.

En Picardie, la fréquentation dans le département de l’Oise est un peu moins forte que dans le Nord-Pas-de-Calais, avec une fréquentation établie à 5 519 mouvements contre 10 000.

La pêche et chasse récréatives

JPEG - 1.3 Mo
Pêcheurs sur le bassine de Mérignies

La pêche à pied est le mode de pêche récréative prédominant dans la Manche et la Mer du Nord, elle est supérieure à la proportion nationale, et est majoritairement composée de pêcheurs réguliers.
L’activité de la chasse quant à elle regroupe 64 000 personnes sur la région Nord-Pas-de-Calais, représentées par 74 groupements d’intérêt cynégétique, 4 600 sociétés de chasse, 14 000 élus bénévoles et 70 professionnels dans les fédérations de chasseurs.

Selon une étude sociologique menée par la fédération départementale des chasseurs de la Somme, 10% des chasseurs sont extérieurs au département, jouant ainsi un certain rôle au niveau du tourisme local.

Les sports d’eau

JPEG - 1.2 Mo
Canoé Kayak sur l’étang des 6 bonniers

Les licenciés sportifs environ 1,4 millions dans le Nord-Pas-de-Calais et 422 000 en Picardie. Dans la plupart des sports de nature, le nombre de licenciés ne représente cependant qu’une partie de l’ensemble des pratiquants. Au total, cela représente 10% des licenciés de France.

La ligue Nord-Pas-de-Calais Picardie, qui représente l’activité de char à voile sur le bassin, est la plus importante sur le littoral français puisqu’elle représente près de 50% des licences.

L’appellation canoë Kayak quant à elle regroupe différentes disciplines se pratiquant en eau calme, en eau vive et en mer et privilégie particulièrement la dimension touristique, plutôt que l’activité de compétition en France. Sur le bassin, la majorité des pratiques sont exercées en Picardie dans le cadre de prestations ponctuelles.

Les activités de randonnée et autres sports de nature

En moyenne, chaque personne pratique 1,7 sports et activités liés à la nature [1]. Dans plus de 50% des cas, la randonnée pédestre est associée à un autre sport et dans une moindre mesure, le VTT est associé aux sports d’eau vive et à la pratique de l’escalade.

Il est important de noter que ces activités profitent à l’économie locale. En effet la moitié des randonneurs pratiquent cette activité dans le but de visiter des sites particuliers comme les parcs naturels de la région, monuments historiques, musée et un peu plus d’un tiers visitent, au cours de leur activité, des entreprises de travail artisanal, des exploitations agricoles.

De manière générale, la randonnée équestre est l’activité qui compte le plus de licenciés (59 500) dans la région Nord-Pas-de-Calais et la région Picardie, devant la randonnée pédestre (11 900) et celle de cyclisme (8 200). [2]

Pour en savoir plus

Notes

[1Les loisirs de nature sont « des activités récréatives réalisées dans le cadre d’une pratique de proximité ou de séjours touristiques, et qui permettent la découverte active et l’immersion dans un espace ou un milieu naturel » ; ils comprennent donc les activités telles que le cyclisme, l’équitation, la montagne et l’escalade, le motocyclisme, la randonnée pédestre, le ski, la spéléologie, etc..

[2Attention néanmoins, ces nombres sont à relativiser car l’équitation est le seul sport où il est obligatoire d’être licencié pour être affilié à des centres hippiques. Ainsi, en termes d’activité pratiquée, les randonneurs à pied ou à vélo sont donc bien plus nombreux.