Votre opinion nous intéresse, merci de prendre quelques minutes pour répondre à notre sondage.

Quelle information cherchez-vous?
L'avez-vous trouvée?
Etait-elle claire?
Que manque-t-il? ...

Les réponses à ces questions nous permettrons d'améliorer ce site. Alors prenez quelques minutes pour répondre à notre questionnaire en cliquant sur l'image à gauche, maintenant ou à l'issue de votre visite.

Merci pour votre contribution.

Partager cette page :

Les débits, donnés directement par les stations débitmétriques ou définis grâce à la courbe de tarage à partir des hauteurs d’eau enregistrées par la station sont analysés, critiqués et éventuellement corrigés avant d’être intégrés mensuellement dans une base de données nationale, appelée Banque HYDRO.

Il existe également sur le site vigicrues, pour certaines stations, des données « temps réel » (données brutes non validées et non critiquées) disponibles en continu, mais qui peuvent donc comporter des anomalies.

La Banque Hydro calcule, entre autre, sur une station donnée les débits instantanés, journaliers, mensuels, les débits minimaux sur N jours consécutifs, les données statistiques, des débits calculés suivant leur période de retour, …
La Banque Hydro permet donc de connaître, notamment, les débits de référence utilisés dans de nombreuses activités en lien avec les rivières : le module et le QMNA5.

Les débits de référence : le module et le QMNA5

Les débits de référence sont généralement le débit moyen inter-annuel (module) et le débit mensuel quinquennal sec (QMNA5, débit minimum se produisant en moyenne une fois tous les cinq ans) .
Le débit d’un cours d’eau est la quantité d’eau (volume) qui traverse une section de ce cours d’eau pendant un temps donné. Il est exprimé généralement en m3/s.
Le débit mensuel est la moyenne des débits calculée sur un mois.

Le module :

Le module, exprimé en m3/s, est le débit moyen inter-annuel calculé sur l’année hydrologique sur l’ensemble de la période d’observation de la station.
Il donne une indication sur le volume annuel écoulé et donc sur la disponibilité globale de la ressource en eau.
Le module représente l’équivalent en m3/s de la quantité totale d’eau circulant pendant une année moyenne sur un tronçon de rivière. Il permet ainsi de documenter le bilan hydrologique global d’un bassin versant, et également de définir des débits planchers nécessaires au calibrage des débits "réservés" pour la gestion des retenues. Ces deux débits caractéristiques favorisent ainsi une gestion globale et équilibrée de la ressource en eau. En outre, ils sont utiles à l’actualisation de l’état des lieux des masses d’eau requis par la Directive cadre sur l’eau.

PNG - 4.2 ko
Exemple de module (moyenne mensuelle puis annuelle)

PNG - 2.3 ko
Exemple de module (moyenne mensuelle puis annuelle)




















Le QMNA5 :

Le QMNA, débit (Q) mensuel (M) minimal (N) de chaque année civile (A), est la valeur du débit mensuel d’étiage atteint par un cours d’eau pour une année donnée.
Calculé pour différentes durées : 2 ans, 5 ans, etc., il permet d’apprécier statistiquement le plus petit écoulement d’un cours d’eau sur une période donnée.

Le QMNA5, exprimé en m3/s, est le débit mensuel minimal ayant la probabilité 1/5 de ne pas être dépassée une année donnée, c’est donc la valeur du QMNA telle qu’elle ne se produit, en moyenne, qu’une année sur cinq ou vingt années par siècle.
C’est un débit statistique qui donne une information sur la sévérité de l’étiage.
Il est communément appelé « débit d’étiage quinquennal ».

Le QMNA5, dont on peut considérer qu’il reflète indirectement un potentiel de dilution et un débit d’étiage typiques d’une année sèche, est utilisé dans le traitement des dossiers de rejet et de prélèvement en eau en fonction de la sensibilité des milieux concernés. Le QMNA5 sert aussi à l’élaboration des objectifs de qualité de rivière.

PNG - 23.5 ko
Exemple de calcul de QMNA

Les deux variables, module et QMNA5, dans le bassin Artois-Picardie, peuvent être consultées ici.

Avertissement pour l’utilisation de la cartographie des débits spécifiques :
Les QMNA5 et modules sont des valeurs de débit calculées à partir d’une chronique (ensemble) de données disponibles à un instant donné. Ces valeurs sont donc susceptibles d’évoluer dans le temps, du fait de l’acquisition de nouvelles données.
Une attention particulière doit être portée à la qualité de ces calculs. Pour chaque valeur, le nombre et la période des données utilisées pour ces calculs permettent d’estimer leurs fiabilités.
Nous attirons donc votre attention sur le fait que ces valeurs sont données à titre indicatif et ne doivent être employées qu’en prenant en compte les commentaires donnés sur leur fiabilité.
Pour plus de précision, il est possible de consulter la cellule hydrologique de la DREAL Nord - Pas de Calais : hydro.dreal-npdc@developpement-durable.gouv.fr
Malgré tout le soin apporté à la réalisation de cette carte, des erreurs peuvent subsister. De plus, pour les stations automatisées, les données disponibles, et donc les statistiques données sur la banque hydro sont mises à jour beaucoup plus régulièrement (tous les mois).
Toutes les informations sont données à titre purement indicatif et n’engagent pas la DREAL Nord - Pas de Calais.

Les données sur la sécheresse

La surveillance de la ressource en eau est une priorité pour évaluer, anticiper et caractériser les risques de sécheresse.
Les données recueillies tout au long de l’année sont analysées et synthétisées chaque mois dans un Bulletin de Situation Hydrologique (BSH)

Le suivi continu de la ressource en eau permet de détecter les risques de sécheresse par le constat de la baisse excessive des niveaux des nappes ou des débits des rivières. Dès les premiers signes du phénomène, le dispositif de surveillance se renforce à un rythme bimensuel et des Bulletins Sécheresse Régional (BSR) sont alors publiés.
Cette analyse consiste à comparer les valeurs constatées à des seuils reflétant le niveau de gravité de la situation définis dans l’arrêté cadre sécheresse.

Les valeurs prises en compte sont les VCN3, débit minimal ou débit d’étiage des cours d’eau enregistré pendant 3 jours consécutifs sur le mois considéré. Il permet de « caractériser une situation d’étiage sévère sur une courte période ».
Le calcul des VCN3 peut être réalisé sur les différentes stations à partir de la banque HYDRO.
L’objectif général est de gérer la pénurie en eau pour préserver les usages incompressibles au regard de la santé ou de la sécurité. Il y a lieu d’assurer l’alimentation en eau potable mais aussi de maintenir un débit minimal dans les cours d’eau afin d’y préserver la vie aquatique.

Des restrictions d’usage de l’eau peuvent être instaurées par des arrêtés sécheresse. Ces arrêtés peuvent être consultés sur le site Propluvia.

Pour en savoir plus