Votre opinion nous intéresse, merci de prendre quelques minutes pour répondre à notre sondage.

Quelle information cherchez-vous?
L'avez-vous trouvée?
Etait-elle claire?
Que manque-t-il? ...

Les réponses à ces questions nous permettrons d'améliorer ce site. Alors prenez quelques minutes pour répondre à notre questionnaire en cliquant sur l'image à gauche, maintenant ou à l'issue de votre visite.

Merci pour votre contribution.

Partager cette page :

La connaissance du fonctionnement des milieux aquatiques est indispensable pour une gestion efficace de l’eau et de ses usages. Les réseaux de suivi de l’état des milieux aquatiques, dont une partie date des années 70, ont été réorganisés dans le cadre de la mise en œuvre de la Directive Cadre sur l’Eau pour constituer le programme de surveillance.
Ce programme organise les activités de surveillance de la qualité (physico-chimique, biologique, …) et de la quantité de l’eau (débits) sur le bassin Artois-Picardie.

Les réseaux de mesure

L’observation de l’état des cours d’eau et plans d’eau est réalisée aux moyens de réseaux qui regroupent des dispositifs de même nature :

  • stations de mesures de la hauteur d’eau
  • points de prélèvements d’eau pour des analyses chimiques ou physico-chimiques
  • comptages d’espèces aquatiques
  • suivi de la morphologie
  • etc…

Jusqu’en 2006, les réseaux de connaissance générale de la qualité étaient constitués des Réseaux National de Bassin (RNB) et Complémentaires de Bassin (RCB).

Le programme de surveillance

JPEG - 165.4 ko
Carte : Réseaux de mesures 2010 Eaux de surface

Ces réseaux ont évolué en 2007 afin de répondre aux exigences de la Directive Cadre Européenne sur l’Eau. Celle-ci demande aux Etats membres de conduire un programme de surveillance de l’état des eaux (article 8). Ce programme doit permettre de dresser un tableau cohérent et complet de l’état des eaux au sein de chaque district hydrographique.

Il comprend en particulier les 2 principaux volets suivants :

  • le contrôle de surveillance, destiné à donner l’image de l’état général des eaux, notamment à l’échelle européenne,
  • les contrôles opérationnels, destinés à assurer le suivi de toutes les masses d’eau identifiées comme risquant de ne pas atteindre les objectifs environnementaux de la DCE en 2015.

Ce réseau permet également de suivre les améliorations suite aux actions mises en place dans le cadre des programmes de mesures, et de préciser les raisons de la dégradation des eaux.

En complément des réseaux "DCE", deux autres réseaux sont mis en œuvre afin de répondre à des besoins plus "locaux" :

  • le Réseau Historique Artois-Picardie (RHAP), regroupant les stations des anciens réseaux RNB et RCB n’ayant pas été reprises dans le cadre des réseaux DCE,
  • le Réseau Homogène de Mesures de l’Escaut (RHME), permettant d’apprécier la qualité du fleuve, de sa source en France à son estuaire aux Pays-Bas.
JPEG - 23.5 ko
Mesure de la qualité de l’eau, prélèvement en bateau

Les éléments de qualité suivis

Plusieurs éléments de qualité sont suivis dans le cadre de ces réseaux :

  • les paramètres physico-chimiques (matière organique, azote, phosphore, …)
  • les paramètres chimiques, également appelés « micropolluants » (métaux, pesticides, polluants organiques,…)
  • des indices biologiques (peuplement en végétaux, invertébrés et poissons)
  • l’hydromorphologie des cours d’eau (berge, ripisylve, lit mineur, lit majeur, …)
JPEG - 21.4 ko
Prélèvement d’invertébrés

La maîtrise d’ouvrage des réseaux de surveillance DCE est, d’une manière générale, assurée par l’Agence de l’Eau Artois-Picardie pour la physico-chimie et la chimie, les DREAL Nord Pas-de-Calais et Picardie pour les invertébrés et les diatomées et l’ONEMA pour les poissons. L’Agence de l’Eau Artois-Picardie assure la maîtrise d’ouvrage pour la biologie et la physico-chimie des réseaux hors DCE.

Le suivi des débits des cours d’eau

Pour assurer les missions de connaissance et suivi général des cours d’eau, de mise à disposition des données dans le cadre du système d’information sur l’eau, et de permettre un suivi efficace des étiages et des crues, la DREAL exploite un réseau de stations hydrométriques réparties sur le territoire.

Ces stations sont constituées de capteurs hydrométriques. Les données sont télétransmises en continu. Ces données sont ensuite stockées dans la banque hydro, banque de donnée nationale sur les débits.

Le réseau Artois-Picardie de mesure de débit comprend environ 80 stations permanentes et environ 45 points de mesure ponctuels, gérés par les DREAL Nord-Pas de Calais et Picardie, selon leur zone géographique.

Ces données quantitatives, croisées avec les données qualitatives de suivi des cours d’eau, permettent d’apprécier les évolutions des flux de polluants caractérisant l’état qualitatif des eaux au regard de la Directive Cadre.

Accès à des informations plus complètes sur la surveillance des cours d’eau et plans d’eau

Sur le site de l’Agence de l’Eau Artois-Picardie : Les réseaux d’observation

Réseau homogène de mesures de l’Escaut (RHME)

le programme de surveillance 2016-2021

Consultez aussi le bulletin de situation hydrologique (BSH).

Pour en savoir plus