Partager cette page :

Pour suivre l’état des eaux souterraines, des réseaux de points de surveillance ont été mis en place. Ils permettent le suivi quotidien du niveau des nappes et la réalisation de 2 campagnes annuelles d’analyses de la qualité de l’eau.

Réseaux de suivi de suivi du niveau des nappes d’eau souterraine

Pour exercer la surveillance exigée par l’Europe, ce réseau, dit « quantitatif », est composé de 73 points de mesure répartis sur le bassin Artois-Picardie et appelés « piézomètres ».
Les piézomètres sont équipés de sondes de mesures et de matériels permettant un rapatriement quotidien des données. Ce réseau quantitatif est supervisé par la DREAL. Il fait partie d’un ensemble plus vaste de 125 piézomètres gérés par les 2 services géologiques régionaux (SGR) du bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) . L’ensemble des données des SGR sont chargées dans la banque publique de données sur les eaux souterraines dite « banque ADES ». http://www.ades.eaufrance.fr

Réseaux de suivi qualitatif des eaux souterraines

Pour améliorer la connaissance patrimoniale et pour répondre aux besoins de la Directive Cadre sur l’eau (DCE), l’Agence de l’Eau Artois-Picardie dispose de réseaux de contrôle de la ressource en eau souterraine depuis 1997. Ces réseaux ont évolué en 2007 pour s’adapter aux exigences européennes.

Au total, 186 points de mesure sont suivis, avec au minimum deux prélèvements annuels. Ces points sont, soit des captages d’eau potable, soit des points d’émergence des nappes (sources) ou des captages particuliers (forages industriels ou d’irrigation).

Le réseau contrôle de surveillance de l’état chimique des eaux souterraines : 55 points

Il doit permettre de définir l’état chimique des masses d’eaux souterraines, de mettre à jour des éléments de l’état des lieux (incidences des activités humaines), de fournir des informations pour l’évaluation à long terme, de spécifier les contrôles opérationnels.

Le réseau de contrôle opérationnel de l’état chimique des eaux souterraines : 131 points

Il doit permettre de connaître l’état chimique des masses d’eaux souterraines risquant de ne pas atteindre les objectifs de bon état, de déterminer toute tendance à la hausse de la concentration d’un quelconque polluant, d’évaluer l’efficacité du programme des mesures.

Par ailleurs, dans le cadre du contrôle sanitaire des eaux destinées à l’alimentation en eau potable, les Agences Régionales de Santé procèdent à de nombreuses analyses sur les eaux brutes des captages ainsi que sur les eaux distribuées.

L’Agence de l’Eau complète ces suivis en finançant des réseaux complémentaires départementaux dont les programmes sont définis annuellement avec les Agences Régionales de Santé.

Les données brutes issues de cette surveillance sont accessibles dans l’espace téléchargement des données.

Photos et illustrations

Carte : Réseaux de contrôle opérationnel et de surveillance des masses d’eau (...)
Carte : position des points de surveillance quantitative des eaux (...)
Photo de piézomètre (source SGR/BRGM)

Documents

Pour en savoir plus