Partager cette page :

La restructuration et la concentration du secteur agricole, observée à l’échelle nationale, est perceptible à l’échelle du bassin Artois-Picardie.

En 2010, le bassin Artois-Picardie compte près de 19 000 exploitations, soit 4% des exploitations françaises. Le Nord-Pas-de-Calais accueille 70% des exploitations du bassin. Le nombre d’exploitations sur le territoire a diminué de 54% depuis 1988. Cette réduction s’est ralentie depuis 2000 mais présente toutefois un rythme soutenu de 587 cessations d’activité par an.

En termes d’effectifs agricoles, le bassin emploie en 2010 près de 41 000 personnes. Les activités agricoles comprennent des pics saisonniers avec une main d’œuvre accrue. En unité de travail annuel (UTA) : le bassin compte près de 30 000 UTA en 2010 dont les deux tiers sont implantés dans la région Nord-Pas-de-Calais. Cette baisse des effectifs est du même ordre de grandeur que la baisse du nombre d’exploitation. Pourtant, la SAU du bassin n’a été réduite que de 2% sur la même période, cela traduit un phénomène de concentration des activités [1].

Près des deux tiers des salariés agricoles sont les chefs d’exploitation. Les conjoints participent à l’exploitation agricole à hauteur de 14% des emplois en 2010 contre 17% en 2000. Ainsi, la concentration économique des exploitations s’accompagne d’une simplification des systèmes d’exploitation (régression des systèmes mixtes et de l’élevage, externalisation du travail) et d’une augmentation nette des formes sociétaires.

Les productions végétales et animales de 2009 sur le bassin totalisent un chiffre d’affaire de plus de 3,1 milliards d’euros. Le bassin Artois-Picardie pèse respectivement pour 6% et 4% dans les productions nationales végétales et animales.

Les résultats nets avant impôts par actif non salarié sont supérieurs au ratio national. Ces ratios observés sur l’ensemble des deux régions sont plus élevés en Picardie qu’en NPdC. En revanche, en ramenant les résultats d’exploitation à l’hectare de SAU, la valeur est plus élevée dans le Nord car les exploitations y sont plus petites.

Pour en savoir plus

Notes

[1une exploitation agricole détient 74 ha de SAU en 2014 contre 57 ha en 2000