Votre opinion nous intéresse, merci de prendre quelques minutes pour répondre à notre sondage.

Quelle information cherchez-vous?
L'avez-vous trouvée?
Etait-elle claire?
Que manque-t-il? ...

Les réponses à ces questions nous permettrons d'améliorer ce site. Alors prenez quelques minutes pour répondre à notre questionnaire en cliquant sur l'image à gauche, maintenant ou à l'issue de votre visite.

Merci pour votre contribution.

Partager cette page :

Le district hydrographique Meuse s’étend sur 3 pays : la France, la Belgique et les Pays-Bas. Les autorités nationales gèrent ce district transfrontalier de manière concertée et coordonnent leurs actions au sein de la Commission Internationale de la Meuse (CIM).

Géographie

La partie Sambre française de ce district est située dans la circonscription administrative du bassin Artois-Picardie. Cette partie du district s’étend sur 1100 km² et compte 1200 km de rivières dont 70 km de canaux ou rivières canalisées.

JPEG - 5 Mo
La Thure à Hestrud

Economie

Le Produit Intérieur Brut (PIB) du district Sambre (partie française) représente près de 4 milliards d’euros en 2001, soit environ 0,3 % du PIB national.
Ramené à l’habitant, le PIB est de 19 260 euros, soit 20 % de moins qu’au niveau national.
Les données INSEE sur l’emploi dans le territoire Sambre-Avesnois montrent un taux de chômage de 15,4 % en 2002 (moyenne nationale en 2002 : 9,3%).

Ces éléments sont à prendre en compte lors de l’examen des politiques d’intervention : ils conditionnent la capacité contributive du bassin au financement des actions et le niveau acceptable du prix de l’eau.

Le district Sambre est une région essentiellement agricole avec quelques zones à dominante industrielle. Un site pollué menaçant la ressource en eau est d’ailleurs présent sur le district à Maubeuge.

Les usages récréatifs comme la pêche ou le kayak sont également importants sur le district. La fédération de pêche du Nord est d’ailleurs la plus importante de France.

Le lac du Val Joly, créé par un barrage sur l’Helpe Majeure, qui avait pour but d’alimenter la centrale électrique de Pont-sur-Sambre, est devenu aujourd’hui l’un des lieux touristiques les plus attrayants du département du Nord.

Activités et usages de l’eau

  • Population et urbanisation

Avec près de 200 000 habitants, la densité moyenne du district Sambre est de 180 habitants par km², ce qui est nettement supérieur à la moyenne nationale (108 habitants par km²).

Cette forte densité de population joue bien entendu un rôle très important en terme de pression. En effet, la répartition de la population est inégale : la densité peut varier de plus de 500 habitants par km² dans la région de Maubeuge à souvent moins de 100 habitants par km² dans le Sud-Est du district. La région la plus densément peuplée est la vallée de la Sambre.

L’évolution démographique annuelle, depuis 1982, révèle une tendance générale au dépeuplement, avec une décroissance de la population variant de 1 ‰ à plus de 3 ‰.

  • Industrie

L’industrie est très bien implantée dans la vallée de la Sambre. Les industries présentes sont principalement des industries de la métallurgie, de l’automobile ou de la verrerie.

L’industrie est également présente dans l’Avesnois mais dans des proportions moindres. Dans cette partie du district, l’industrie se caractérise par la présence de carrières, de petites et moyennes entreprises de textile, d’industries métallurgiques, d’activités agroalimentaires…

  • Agriculture et forêts

L’agriculture du district est représentée, en 2000, par 1 761 exploitations agricoles pour une Surface Agricole Utile (SAU) de plus de 75 600 hectares, soit près de 70 % du territoire. La taille moyenne des exploitations sur le district est de 43 hectares.

La couverture végétale des sols en hiver protège contre le ruissellement, l’érosion et le lessivage des nitrates. Les sols nus en hiver couvrent moins de 18 % de la SAU. Plus de 65 % de la SAU sont occupés par des Surfaces Toujours en Herbe (STH), ce qui montre l’importance de l’élevage sur le district.

Les aides publiques représentent de l’ordre de 30% de la valeur ajoutée de l’agriculture : elles ont donc un effet d’orientation très fort sur cette activité.

La surface boisée (hors peupleraies) couvre environ 20 700 hectares du territoire du district. Le taux de boisement est donc d’environ 20 %, ce qui est inférieur à la moyenne nationale qui est de 27,5 %.

Pour en savoir plus