Partager cette page :

De nombreux acteurs de l’eau produisent des données dans le domaine de l’eau. Des référentiels nationaux harmonisent les codes et le format des données afin de faciliter les échanges, la bancarisation et la réutilisation des données par tous les acteurs et le public.

Les jeux de données de référence sont composés de :

  • données alphanumériques : listes de codes, par exemple pour les paramètres, les stations de mesure etc.,
  • données géographiques : objets géolocalisés, par exemple les masses d’eau.

La diffusion des données sur l’eau au niveau national est organisée par le Système d’Information sur l’Eau, sur la base du référentiel des données diffusé par le Service d’Administration des Données et Référentiels sur l’Eau (SANDRE). L’accès aux données géographiques dans le domaine de l’environnement est facilité par la directive INSPIRE.

Référentiel des données sur l’eau du SANDRE

Le référentiel de données sur l’eau est un ensemble de spécifications, de jeux de données et de règles. Il facilite les échanges de données, notamment en élaborant un langage commun à tous les acteurs de l’eau en France. Par exemple : chaque molécule chimique est identifié par un code SANDRE à 4 chiffres identique pour tous les acteurs de l’eau.

Le référentiel des données sur l’eau est administré par le Service d’Administration Nationale des Données et des Référentiels sur l’Eau (SANDRE).

Le SANDRE propose :

  • des documents de spécifications :
    • dictionnaires de données pour la description des informations,
    • scénarios d’échanges et techniques pour l’échange et la diffusion des données sur l’eau,
  • des jeux de données de référence : informations de référence, alphanumériques (ex : codes de molécules chimiques et d’êtres vivants dans l’eau) ou géographiques (ex : masses d’eau), nécessaires à la bancarisation des différentes données gérées par les producteurs,
  • un service d’appui à la mise en place des spécifications.

Le SANDRE est organisé en réseau entre les différents contributeurs du Système d’Information sur l’Eau. Il est responsable du référentiel des données sur l’eau.

Les documents et les outils fournis par le SANDRE sont disponibles sur le portail du SANDRE.

Référentiels géographiques

Il existe trois référentiels géographiques principaux dans le domaine de l’eau : le référentiel des cours d’eau (BD Carthage), le référentiel des aquifères (BDRHF V1 et sa version la plus récente BDLISA) et le référentiel des masses d’eau pour la directive cadre sur l’eau. Ces référentiels permettent à tous les acteurs de l’eau et le public de localiser les données relatives à l’eau.

Le SANDRE (Service d’Administration Nationale des Données et des Référentiels sur l’Eau) diffuse les principaux référentiels géographiques nationaux dans le domaine de l’eau :

  • le référentiel hydrographique pour les cours d’eau et autres entités hydrographiques de surface,
  • le référentiel hydrogéologique pour les aquifères,
  • le référentiel des masses d’eau.

Ces référentiels sont téléchargeables sur l’Atlas Catalogue du SANDRE. Les informations spécifiques au bassin Artois-Picardie sont également diffusées par l’Agence de l’Eau Artois-Picardie sur le répertoire des données publiques sur l’eau (data.eaufrance.fr).

Le référentiel hydrographique : la BD CARTHAGE (r)

La BD CARTHAGE (r) (Base de Données sur la CARtographie THématique des AGences de l’eau et du ministère chargé de l’environnement) décrit, codifie et normalise la description des cours d’eau, des bassins versants, des lacs et autres entités hydrographiques de surface. Elle est produite par les Agences de l’eau et le Ministère chargé de l’Environnement à partir de la base de données cartographiques BD CARTO(r) de l’IGN.

Le référentiel hydrogéologique : la BDRHF(r)V1 et la BDLISA

La Base de Données du Référentiel Hydrogéologique Français, version 1, ou BDRHF(r)V1, a été mise en œuvre au niveau national pour disposer d’un découpage de l’ensemble du territoire français en unités hydrogéologiques, réalisé selon des règles communes.

La Base de Données des Limites des Systèmes Aquifères ou BDLISA, publiée pour la première fois en 2013, a été élaborée pour affiner et compléter la BDRHF(r)V1. Elle introduit notamment la dimension verticale des entités hydrogéologiques qui se superposent. Une version 1 est mise à disposition en 2015. Elle sera mise à jour tous les 3 ans.

Le portail national d’accès aux données sur les eaux souterraines ADES apporte des informations complémentaires sur les référentiels hydrogéologiques.

Le référentiel des masses d’eau

La masse d’eau est le terme technique introduit par la directive-cadre sur l’eau pour désigner une partie de cours d’eau, d’eau littorale, de nappes d’eau souterraine ou de plan d’eau. Ces masses d’eau servent d’unité d’évaluation de l’état écologique, chimique, ou quantitatif des eaux.

Il existe 5 catégories de masses d’eau :

  1. masses d’eau de cours d’eau,
  2. masses d’eau de plans d’eau,
  3. masses d’eau de transition : ce sont les estuaires,
  4. masses d’eau côtières pour les eaux marines le long du littoral,
  5. masses d’eau souterraines.

Dans le bassin Artois-Picardie :

  • les masses d’eau cours d’eau et plans d’eau sont basées entre autre sur la BDCarthage(r) v3,
  • les masses d’eau souterraines sont basées sur le référentiel hydrogéologique BDRHF(r)V1.

Les méthodes et critères de délimitation des masses d’eau au niveau national sont décrits dans l’arrêté du 12 janvier 2010 relatif aux méthodes et aux critères à mettre en œuvre pour délimiter et classer les masses d’eau.