Partager cette page :

La présence des substances médicamenteuses à l’état de traces dans les milieux aquatiques a été mise en évidence par de nombreuses études nationales et internationales.

Face à cette problématique émergente les pouvoirs publics ont défini des plans visant à mieux cerner les enjeux environnementaux et de santé publique : Plan National Santé-Environnement (PNSE 1 et 2) et Plan National Résidus Médicamenteux (PNRM).

Les résultats de la campagne exploratoire de 2010 en Artois-Picardie ont permis d’obtenir une première situation "photographique" de la contamination des eaux de surface par les substances médicamenteuses.

PDF - 1.5 Mo
Les médicaments dans les cours d’eau du bassin Artois-Picardie - Résultats de la campagne exploratoire 2010

Les différentes mesures montrent une réelle présence de résidus médicamenteux dans les eaux de surface bien que celle-ci soit inégalement répartie sur le territoire. Sur les 54 molécules recherchées, seules 8 ont été quantifiées. Les substances (carbamazepine, dilofenac) et les gammes de concentrations retrouvées sont par ailleurs comparables à celles retrouvées dans la littérature.

Ces résultats sont à nuancer : les limites de quantification du laboratoire sont trop élevées par rapport aux niveaux de concentrations des substances médicamenteuses habituellement retrouvées dans les eaux de surface. Il est donc nécessaires d’améliorer ces limites de quantification pour obetnir un état de la contamination plus représentatif des eaux de surface vis-à-vis de ces contaminants.

Il s’avère également nécessaire de disposer de valeurs de référence pour ces substances afin d’appréhender au mieux cette problématique émergente.

Pour en savoir plus